Performance inspirée des oeuvres de Picasso sur la Minotauromachie.

« Seul l’œil du taureau qui meurt dans l’arène voit », Pablo Picasso, réplique de Petite fille II, in Les quatre petites filles, pièce en six actes, 1947

Durée : 30 min

Diffusion :  +3 octobre au festival jardins synthétiques en partenariat avec le cdc de Toulouse 

+Mars 2014 au Musée National Pablo Picasso à Paris

Dans un dispositif numérique de réalité augmentée, Duo entre une enfant danseuse et un bodybuilder qui interroge la figure mythologique et contemporaine du Minotauromachie de Picasso

Corps polymorphe et surdimensionné, un bodybuilder danse face à une jeune danseuse. Peu à peu, les rapports de force de déplacent, les corps stéréotypés sortent de leur propre norme, celle d’une figure figée, masculine et dominatrice à celle d’une enfance fragile ou sacrifiée, pour se fondre dans une danse magma, abstraite et charnelle aux multiples images.

Projetés par un dispositif vidéo, des dessins se superposent au corps réel, épousant ses Mouvements. A travers ces superpositions de représentations du Minotaure, dansées, dessinées et amplifiées par le mapping vidéo, l’immersion sensorielle du spectateur fera résonner cette troublante déclaration de Picasso : « Seul l’œil du taureau qui meurt dans l’arène voit ». 

Chorégraphe -Dessinateur : Eric Minh Cuong Castaing - Bodybuilder : Denis Tchoumatchenko
Artiste multimédia & sonore : Alexandre Bouvier - Dramaturge : Celeste Germe